La cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque

Pour comprendre l’intention de la cohérence cardiaque, il est indispensable de se pencher dans un premier temps sur le fonctionnement du système nerveux.

Le système nerveux

Il existe trois grands systèmes neurologiques. Le système nerveux central composé du cerveau et de la moelle épinière, le système nerveux périphérique composés de fibres nerveuses chargées de transmettre les informations du corps vers le cerveau et du cerveau vers les muscles et les organes, et enfin le système nerveux autonome chargé de réguler les processus automatiques de l’organisme. Ce dernier fonctionne sans que nous y prêtions attention, en faisant abstraction de notre volonté et en permanence.

Le cœur est régulé par le système nerveux autonome.

Il existe des liens très étroits entre les trois systèmes neurologiques.

Le système nerveux autonome

Le système nerveux autonome est lui-même composé de deux systèmes qui fonctionnent en alternance, le parasympathique et l’orthosympathique.

Le système orthosympathique fonctionne avec l’adrénaline et encourage l’organisme à faire face à un stress ou à un effort, il aura donc une action stimulante sur de nombreuses fonctions de l’organisme comme par exemple le rythme cardiaque, la pression artérielle, le péristaltisme intestinal ou encore la respiration.

A l’opposé, le système parasympathique utilise l’acétylcholine et possède la propriété de ralentir les fonctions de l’organisme, il permet ainsi la digestion, ralenti la respiration et la circulation sanguine. Chacun des deux systèmes est complémentaire de l’autre, l’un est le frein, l’autre l’accélérateur.

Le cœur, régulé par ce système est donc soumis en permanence à ces alternances de frein ou à l’accélération.

L’équilibre entre ces deux systèmes est indispensable pour être en bonne santé.

Des connexions permanentes

Il existe des connexions constantes entre ces deux systèmes, le cœur et notre cerveau émotionnel. Ce qui se passe dans le cœur va donc influencer nos émotions et vice et versa.

Le cerveau et le cœur vont donc devoir composer à chaque instant pour s’adapter à nos ressentis physiologiques et à ce qui se passe dans notre environnement proche. Ce contact étroit entre notre système nerveux autonome et notre environnement va traduire notre capacité d’adaptation.

Le concept de cohérence cardiaque

Lorsque nous ressentons une émotion, cela a par conséquent un retentissement sur la variabilité cardiaque, la variabilité étant le potentiel qu’à le cœur à accélérer ou à ralentir. Le rythme des battements du cœur se répercute ainsi sur notre cerveau émotionnel. On dit alors qu’il existe une cohérence entre notre système cardiaque et nos émotions.

Le cerveau émotionnel commande à la fois nos émotions et la physiologie de notre corps. Il est également le lieu de l’inconscient. En cas de stress notre cerveau émotionnel secrète du cortisol et de l’adrénaline, ce qui a comme conséquence d’accélérer le rythme cardiaque. En effet notre environnement étant constamment en déséquilibre et en mouvement, c’est notre système nerveux autonome qui nous permet de nous adapter à ses fluctuations, pour notre survie, ce phénomène est tout à fait normal. L’idée va être d’adapter notre organisme à notre environnement et d’éviter par conséquent qu’il ne sur-réagisse au stress.

C’est ainsi que la cohérence cardiaque va permettre de synchroniser notre respiration avec notre cœur et notre système nerveux de façon à abaisser notre niveau de stress et donc le niveau de cortisol, et ceci pendant plusieurs heures.

Se mettre en cohérence cardiaque va donc permettre de réguler son stress et ses émotions, de diminuer la pression artérielle et de faire ainsi en sorte, que les fonctions physiologiques de notre organisme soient préservées. Apprendre à contrôler sa respiration va permettre à la fois de réguler l’activité cardiaque et d’envoyer des messages positifs à notre cerveau. 5 minutes de cohérence cardiaque fait baisser le taux de cortisol pendant 5 heures.

La méthode

Pour cela il va falloir atteindre une fréquence respiratoire idéale.

Une fréquence normale de respiration comporte entre 10 et 14 cycles par minute. Un cycle représente une inspiration suivie d’une expiration.

Un cycle respiratoire complet lorsqu’on est en cohérence cardiaque est de 10 secondes, 5 secondes inspiration, 5 secondes expiration. Ce qui revient en une minutes à 6 cycles de respiration.

En temps normal la fréquence cardiaque varie constamment, elle est comme nous l’avons vu précédemment indépendante de notre volonté.

En cohérence cardiaque, le cœur va se synchroniser avec la respiration et sa fréquence va s’adapter à la respiration. On dit que la courbe de la fréquence cardiaque devient cohérente, elle n’est plus variable et chaotique. La respiration et le cœur sont alors en résonance.

Le cœur n’est plus en connexion avec l’environnement, ni avec les émotions ou diverses pensées qui nous traversent l’esprit, mais avec la respiration.

La technique du 365

Pour ressentir les effets bénéfiques de la cohérence cardiaque, il faut respecter la technique du 365. C’est-à-dire qu’il faut la pratiquer trois fois par jour, au rythme de six respirations par minutes, pendant une durée de cinq minutes. L’idéal est de pratiquer une séance le matin, moment où le cortisol est au plus haut, avant l’heure du déjeuner, ce qui aidera à manger dans le calme et facilitera la digestion et en fin de journée. Cela peut être suivant les cas quand on rentre chez soi après une journée de travail, ce qui permettra de démarrer un nouveau cycle de façon apaisée ou encore au moment du coucher pour les personnes qui ont des problèmes d’endormissement. Ses effets perdurent pendant plusieurs heures.

Quelques pistes

Il est important lorsqu’on se met en cohérence cardiaque d’essayer de lâcher ses pensées et de mettre ses préoccupations de côté, afin de mettre toute son attention dans la respiration. Pour cela il peut être intéressant d’amener son attention sur le cœur et de visualiser que l’on respire grâce à ce cœur.

Il peut être utile de la pratiquer pendant des périodes d’attente, potentiellement stressantes, dans les transports ou aux caisses de supermarché par exemple.

Il existe de nombreuses vidéos sur internet qui peuvent aider pour démarrer la cohérence cardiaque, ce qui permet de trouver un rythme qui deviendra rapidement naturel après quelques pratiques. Un des avantages de cette méthode est qu’elle a démontré son efficacité, qu’elle peut se pratiquer n’importe où, et qu’elle est totalement gratuite.

Les bénéfices de la cohérence cardiaque

Comme nous l’avons décrit ci-dessus, lorsque nous pratiquons la cohérence cardiaque, notre niveau de stress diminue et fait ainsi chuter le niveau de cortisol, de même qu’il fait remonter le taux de DHEA, véritable hormone de jouvence, qui ralentit entre autres le vieillissement. L’équilibre entre ces deux hormones est donc rétabli. Le stress chroniques fait en effet dégringoler le taux de ces deux hormones avec les répercussions que l’on connait. https://laurenceguillon-naturo.com/le-stress-et-ses-repercussions-sur-lorganisme/

D’après David Servan-Schreiber, célèbre psychiatre qui a beaucoup travaillé sur la cohérence cardiaque, certaines études montrent qu’au bout de six semaines de pratique, le taux de stress des patients qui s’étaient soumis à cette expérience, avait baissé de 22 % et le taux de dépression de 34 %. Après un mois de pratique, il a été constaté sur le plan physiologique que « leur tension artérielle avait baissé autant que s’ils avaient perdu dix kilos » et que l’équilibre hormonal s’était amélioré https://laurenceguillon-naturo.com/reduire-lhypertension-arterielle-en-ameliorant-votre-hygiene-de-vie/

Chez les femmes, on a constaté une amélioration des troubles liés au syndrome prémenstruel. Le système immunitaire est également renforcé, en effet il a été démontré qu’en cas de stress chronique, le système de défense de l’organisme se révèle plus faible.

D’une façon plus globale

On a constaté que d’une façon générale, la cohérence cardiaque diminue les symptômes habituels du stress comme les palpitations, les insomnies, l’anxiété, la fatigue persistante, la déperdition d’énergie ou encore diverses douleurs. Les personnes qui la pratiquent régulièrement ont également noté qu’elles arrivaient mieux à gérer leurs émotions car cela engendre une action favorable sur les hormones du plaisir et de la joie de vivre, la dopamine et la sérotonine et qu’elles jouissaient d’une augmentation de leurs capacités cognitives (mémoire et concentration). Bien évidemment cela apporte une diminution des risques de pathologies cardio-vasculaires ainsi que beaucoup d’autres bienfaits comme la régulation du taux de sucre dans le sang et l’amélioration de pathologies inflammatoires. Pourquoi s’en priver …

Fermer le menu