fer laurence guillon

Trop de fer, pas assez de fer, les solutions naturelles

Faisons connaissance avec ce micro-nutriment

Le fer est un oligo-élément de même que le cuivre, le chrome, l’iode, le cobalt, le fluor … Les oligo-éléments sont présents dans le corps en très faible quantité. En revanche ils sont indispensables à son bon fonctionnement. Ces derniers ont chacun des rôles bien précis. Cependant ils participent tous aux activités métaboliques et enzymatiques du corps. Nous verrons ci-dessous quels sont les effets sur l’organisme en cas de carence ou de surcharge en fer, d’autant que notre corps n’est pas capable d’en fabriquer. L’apport alimentaire sera donc indispensable.

Le fer est l’oligo-élément le plus essentiel à l’organisme car il participe à la fabrication et au fonctionnement de l’hémoglobine qui donne sa couleur rouge au sang. On le trouve le plus souvent associé à une protéine car libre il est pro-oxydant et par conséquent très toxique. En majorité il est sous forme héminique, associé à l’hémoglobine (protéine qui transporte l’oxygène dans les globules rouges) et à la myoglobine (protéine du muscle qui transporte et stocke l’oxygène). En plus faible proportion, sous forme non-héminique, associé à la transferrine (protéine chargée du transport du fer) et à la ferritine (protéine de stockage du fer). Une grande majorité du fer est stocké dans le foie. La quantité de fer chez les femmes est d’environ 2,5 grammes et de 4 grammes chez les hommes. Il est absorbé par nos cellules intestinales.

Les différents rôles du fer

Comme nous l’avons vu ci-dessus il participe au transport de l’oxygène dans le corps. C’est un constituant de l’hémoglobine et de la myoglobine. Il entre aussi dans la composition de nombreuses enzymes, dans la synthèse de neurotransmetteurs, d’ADN, le transport d’électrons, la respiration cellulaire avec la production d’ATP ou encore la lutte contre les infections grâce à la fabrication de radicaux libres. Il joue également un rôle important dans l’équilibre hormonal et celui du fonctionnement cognitif.

Quelles sont les sources alimentaires

Il existe deux sources principales. Les sources de fer héminique d’origine animale et les sources de fer non-héminique d’origine végétale. A savoir que le corps absorbe beaucoup mieux le fer d’origine animale.

Les aliments d’origine animale les plus riches en fer sont les viandes rouges, volailles, abats, boudin noir, foie de veau …les moules, les huitres et autres fruits de mer, les bigorneaux …

Quand aux aliments d’origine végétale, les plus riches en fer seront les légumineuses, le tofu, les céréales complètes, les légumes racines, les légumes verts, les noix, le sésame, les graines de tournesol ou encore le chocolat noir.

Comment doser le fer

D’après la haute autorité de santé, le dosage du fer doit se faire en première intention au travers de la ferritine, protéine qui stocke le fer. Dans certains cas comme un état inflammatoire, une insuffisance rénale chronique ou des affections malignes il peut être utile de doser conjointement le fer (fer et transferrine). Les analyses se feront dans tous les cas en fonction de la situation clinique 

La carence en fer ou anémie

On parle d’anémie quand le taux d’hémoglobine est inférieur à 13 chez l’homme, inférieur à 12 chez la femme et inférieur à 11 chez la femme enceinte.

Les différents types d’anémies.

Les anémies cancéreuses dues à la maladie ou résultantes des traitements du cancer . Le nombre de globules rouges et l’hémoglobine sont en diminution, entrainant une moindre quantité d’oxygène pour les tissus et les organes et par conséquent un affaiblissement de l’organisme.

Dans les cas d’inflammation au sein de l’organisme, on peut se trouver face à une anémie inflammatoire. Dans ce type de situation les macrophages utilisent le fer pour limiter l’actions des pathogènes.

Et enfin les anémies d’origine génétique.

Les causes les plus courantes de carences en fer :

Des pertes de sang excessives lors de règles abondantes par exemple, ce qui explique que les femmes en âge de procréer ont des taux de fer inférieurs à celui des hommes.

La malnutrition, une alimentation pauvre en fer ou une consommation excessive d’aliments qui empêchent son assimilation comme le thé, le café, l’alcool et d’une manière générale les produits ultra-transformés et raffinés.

Un régime végétarien mal équilibré. Les naturopathes vous guideront pour bien équilibrer une alimentation végétarienne et pratiquer les bonnes associations.

Une carence en vitamines B12 et B9

La grossesse est également une période propice aux carences. En effet bébé fait ses réserves pour les six premiers mois de sa vie et puise dans les réserves de sa maman. Ainsi le volume sanguin augmente considérablement pour le développement du bébé et du placenta. Un manque de fer augmente les risques de prématurité et de petit poids à la naissance. Je propose un accompagnement de la grossesse en complément du suivi médical dans le but d’optimiser cette période unique pour la maman et le bébé.

Les jeunes enfants et les adolescents montrent également des carences. En raison de la croissance ils ont besoin d’un apport en fer plus conséquent .

Les sportifs et surtout les sportives de haut niveau. En effet les contractions musculaires intenses et répétées ainsi que les chocs pendant la course conduisent à la destruction des globules rouges. Par ailleurs le sport intense mène à de l’inflammation qui elle-même entraine des carences en fer. Les personnes pratiquant une activité physique intensive ont tout intérêt à bénéficier d’un accompagnement sportif. Ceci afin d’éviter les nombreuses conséquences délétères à l’organisme.

Une mauvaise assimilation intestinale chez les personnes qui souffrent de pathologies digestives type inflammation gastro-intestinale, maladie cœliaque ou encore hyperperméabilité des muqueuses intestinales.

Les symptômes

Lorsque l’anémie s’installe un certain nombre de symptômes apparaissent comme la fatigue chronique, l’essoufflement à l’effort, la pâleur, un ralentissement des capacités cognitives, une sensation de faiblesse. Et encore des vertiges, des maux de tête, des migraines ou des palpitations.

Les solutions

L’occasion de rappeler un des fondements majeurs de la naturopathie, la recherche de la ou des causes en tout premier lieu. En cas de carence en vitamines B9 ou B12 par exemple une complémentation sera nécessaire. Si le régime alimentaire est en cause le naturopathe vous accompagnera pour la mise en place d’une bonne hygiène de vie globale. Si l’intestin s’avère perméable, consolider la muqueuse sera un préalable etc…

Dans les cas graves une perfusion sera parfois nécessaire. Une prise de fer sous forme médicamenteuse ou en compléments alimentaires naturels peut être également proposée. Cependant il ne faut jamais se supplémenter sans une carence avérée et démontrée par une analyse de sang, le fer étant pro-oxydant. En cas de prise de fer végétal il est nécessaire d’y ajouter de la vitamine C pour faciliter son absorption.

L’alimentation

Privilégier des aliments riches en fer (voir ci-dessus). Manger de la viande rouge en quantité raisonnable car elle contient des acides gras saturés et de qualité. Consommer des légumes lacto-fermentés qui renforcent l’assimilation du fer et de la vitamine C, entre autres bénéfices. Associer au même repas des aliments contenants fer et vitamine C. Éviter la consommation de thé, café, vin rouge, lait ou encore le coca-cola qui empêchent l’absorption du fer. Boire en cure une eau ferrugineuse. Prendre garde aux aliments qui diminuent l’assimilation du fer comme le jaune d’œuf, les légumineuses et les céréales qui contiennent de l’acide phytique. Les naturopathes vous expliqueront comment faire pour bénéficier de ces aliments sans en avoir les inconvénients.

Et aussi …

Ne pas hésiter à consommer des algues de bonne qualité comme la Nori, la Dulce ou encore la spiruline qui en sont bien pourvues. Enfin ajouter à son assiette des graines germées (lentille, fenugrec…), la germination augmentant considérablement les taux vitaminiques, enzymatiques et minéraux. Si vous fumez c’est peut-être l’occasion d’arrêter de fumer car le tabac altère le métabolisme du fer. .

La surcharge en fer

Dans certains cas il peut y avoir un excès de fer au sein de l’organisme. Pour rappel le fer étant pro-oxydant et étant transporté au sein des globules rouges dans de nombreux organes, il peut avoir des impacts délétères sur notre santé.

Les causes

Elles sont variées. Cela peut être consécutif à une supplémentation excessive, à une pathologie du foie, à une malformation des globules rouges, une  surconsommation d’alcool ou encore à une anomalie génétique appelée l’hémochromatose caractérisée par un stockage massif du fer au sein du foie, cœur, pancréas et articulations.

Les symptômes

Ils se manifestent par une fatigue importante, des douleurs articulaires ou encore une diminution de la libido. Mais aussi des pigmentations de la peau, des douleurs abdominales, une augmentation de volume du foie et du pancréas, voire de la rate, de l’essoufflement, des œdèmes aux chevilles ou encore un diabète

Les solutions

Une des solutions les plus efficaces reste de pratiquer des saignées pour diminuer le taux de fer et forcer le corps à aller puiser dans ses propres réserves. On commence par des saignées hebdomadaires puis selon les cas on espace de façon à réguler le taux de fer et à faire progressivement disparaitre les symptômes.

Il est également utile de limiter les aliments riches en fer, boudin, abats, foies, viandes rouges, crustacés, chocolat… On peut être amené à conseiller l’ajout de thé ou de café après le repas pour diminuer l’absorption du fer. Remplacer une partie de la viande par des œufs, le jaune d’œuf est riche en fer mais très peu assimilé par l’organisme. Limiter les aliments riches en vitamine C.

En conclusion

Le fer est un oligo-élément indispensable à notre corps, cependant comme l’ensemble des structures qui le compose, la recherche de l’équilibre est fondamentale pour notre santé. Le fer est l’exemple parfait, en trop grande quantité ou en insuffisance il cause des déséquilibres dans notre organisme et peut même être délétère. La naturopathie rassemble un certain nombre de techniques naturelles visant à retrouver cet équilibre ou homéostasie nécessaire au corps.

En aucun cas les informations et les conseils proposés ici ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé