Besoin d’aide pour arrêter de fumer

Besoin d’aide pour arrêter de fumer

Le tabac a été découvert en Amérique puis introduit en Europe au XVIe siècle par Jean Nicot, ça ne s’invente pas … Il est fabriqué à partir de feuilles séchées de tabac commun, nicotiana tabacum. Il entraine une forte dépendance due en partie à la nicotine, alcaloïde toxique issu de cette plante. La fumée du tabac contient plus de 4000 substances chimiques, dont 50 sont reconnues cancérigènes. Le tabagisme est ainsi la première cause de mortalité évitable en France avec 66 000 décès chaque année. Un fumeur régulier sur deux meurt prématurément des causes du tabagisme, la moitié des décès se situent  entre 35 et 69 ans (chiffres INPES santé publique France).

Les principaux composants

La nicotine, poison violent responsable de la toxicomanie tabagique, agit directement sur le système nerveux central, irrite le système digestif, accélère le rythme cardiaque, augmente la tension artérielle et facilite la croissance des tumeurs. Elle passe très rapidement dans le sang et arrive dans le cerveau en 7 secondes.

L’oxyde de carbone,  favorise le dépôt de cholestérol dans les artères, réduit la fixation de l’oxygène sur les globules rouges. Ceci entraine par conséquent un manque d’oxygénation du cerveau, une asphyxie des cellules et à la longue des problèmes de concentration, de mémoire, des performances physiques diminuées … C’est de l’oxyde de carbone qui sort des pots d’échappements des voitures .

Les goudrons, que l’on retrouve dans le revêtement des routes est reconnu comme cancérigène et irritant.

On peut rajouter au niveau des réjouissances, le méthanol, les benzopyrènes, l’acétone, le polonium, l’ammoniac, le cadmium, l’uréthane, l’acide cyanhydrique …

Le tabac est un vrai fléau pour la santé

L’incidence sur nos cellules

Il entraine la production de radicaux libres et par conséquent une oxydation cellulaire. Les radicaux libres, ou stress oxydatif, sont impliqués dans de nombreuses pathologies qui s’attaquent à notre corps comme la rouille sur le métal. Ils entrainent ainsi le vieillissement de nos cellules et des dysfonctionnements comme par exemple une baisse de l’immunité, un vieillissement de la peau, des risques cardio-vasculaires et des cancers.

Les répercussions sur l’appareil respiratoire

Le tabac abime et paralyse les cils vibratiles de la trachée, ce qui diminue les défenses de l’organisme, il provoque de l’inflammation au niveau des muqueuses bronchiques. Ceci a pour conséquence directe une agression du système respiratoire et des voies aérodigestives supérieures. Cela qui peut entrainer des laryngites chroniques, bronchites chroniques ou BPCO qui obstruent progressivement les bronches,  des pathologies infectieuses, angine, sinusite, pneumonie.., de l’asthme et des cancers de tout l’appareil respiratoire.

Les maladies cardio-vasculaires et cie

Le tabac a des incidences sur les globules rouges, en effet ils perdent leur élasticité qui leur permet de circuler dans les vaisseaux sanguins, ce phénomène peut entrainer des maladies cardio-vasculaires en favorisant la formation de plaques d’athérome.

Il entraine aussi des risques d’infertilité aussi bien chez l’homme que chez la femme et des malformations fœtales… En effet, l’association du tabac avec la pilule multiplie par 20 le risque de développer une maladie cardio-vasculaire, par 2 le risque de fausse couche et par 3 le risque de grossesse extra-utérine.

Sans parler du tabagisme passif qui provoque 3000 à 5000 morts par an (chiffres du ministère des solidarités et de la santé).

Les carences

Le tabagisme, en plus d’empoisonner l’organisme, occasionne également de nombreuses carences, car c’est un gros consommateur de nutriments, en effet les substances toxiques bloquent l’absorption des vitamines et des minéraux indispensables à notre corps. Les fumeurs sont donc en manque de vitamines A, B6, B9, B12, C, D, E, zinc, iode, fer, calcium, magnésium, sélénium…

Les vitamines A, C et E sont entre autres de puissants antioxydants et stimulent les défenses de l’organisme. Les vitamines B9 et B12 jouent un rôle important dans la formation des globules rouges. Une carence en vitamines B6, B9 et B12 entraine un risque de maladies cardio-vasculaires. Le calcium et la vitamine D ont un rôle essentiel dans la fabrication de l’os. Le fer est essentiel à la fabrication des globules rouges. Par ailleurs la vitamine C est nécessaire à l’absorption du fer, ainsi le fait de fumer entraine sa carence. Le tabac semble aussi réduire la sécrétion d’hormones thyroïdiennes, il faudra donc supplémenter en zinc, en sélénium et en iode. Le déficit en magnésium aura pour conséquence d’augmenter l’anxiété, les palpitations ou les crampes musculaires.

Et autres…

Le tabac induit également des modifications du comportement alimentaire, l’odorat et le goût étant altérés ont tendance à assécher la bouche et à diminuer la saveur des aliments. Les fumeurs ont de surcroit une probabilité plus forte d’avoir de mauvaises habitudes alimentaires avec notamment une plus forte consommation de café, d’alcool et d’aliments gras et une consommation de fruits et légumes insuffisante. Par ailleurs ils ont souvent du mal à pratiquer une activité physique par manque d’oxygène.

Un article dans Alternative bien-être de mai 2019, consacré à l’âge biologique (reflet de l’état réel de l’organisme) démontre les effets du tabagisme sur le vieillissement, en effet nous ne vieillissons pas tous de la même façon et le tabagisme entraine des conséquences désastreuse sur l’âge biologique. En effet, chez les moins de 40 ans, le tabagisme multiplie l’âge biologique par 1,5 chez les hommes et par 2 chez les femmes.

Le tabac occasionne de la dépendance

Il existe plusieurs dépendances au tabac, la dépendance physique, psychologique et comportementale.

La dépendance physique

La dépendance physique est surtout occasionnée par la présence de nicotine qui quand elle manque au fumeur peut entrainer de l’anxiété, de l’irritabilité, une sensation de manque, de la dépression, une augmentation de l’appétit avec phénomènes de compensation ou encore des problèmes de concentration. L’ensemble des ces symptômes entrainent fréquemment l’échec et la reprise du tabac.

La dépendance psychologique

La dépendance psychologique est souvent un moyen de gérer son stress ou encore de se faire plaisir. La cigarette devient synonyme de récompense, ce qui s’explique car la nicotine augmente la sécrétion de dopamine, neuromédiateur qui induit la sensation de bien-être et de plaisir. La cigarette, outre le plaisir qu’elle procure à court terme, permet de gérer son stress et ses émotions, entraine une sensation de stimulation et aide à la concentration, elle a également une action antidépressive et coupe-faim.

La dépendance comportementale est souvent associée à des habitudes prises dans le milieu professionnel, étudiant, familial ou social qui entrainent l’envie de fumer.

L’aide naturopathique pour arrêter de fumer

La motivation

L’aspect incontournable dans l’arrêt du tabac est la motivation, ce qui augmentera considérablement les chances de réussite. Il est par conséquent essentiel d’en analyser les motifs, avoir à l’esprit qu’on est le premier concerné, qu’on arrête avant tout pour sa santé et qu’on souhaite se libérer de son emprise. Savoir demander de l’aide est enfin la bonne attitude, arrêter seul est difficile et il est important d’échanger avec un professionnel afin d’avoir une vue holistique sur les raisons qui ont amené à fumer, sur son hygiène de vie globale, sur les actions à mettre en place ou encore le degré de sa détermination.

L’alimentation

On commencera tout d’abord par évoquer l’alimentation, qui comme nous l’avons vu précédemment est souvent délaissée.  On va en premier lieu privilégier une alimentation saine, vivante, complète et hypo-toxique de façon à combler les carences et apporter à l’organisme les vitamines et minéraux manquants suite au tabagisme. Le naturopathe conseillera des listes d’aliments riches en vitamines et minéraux concernés. Pour éviter la prise de poids, il conseillera de manger en conscience, en prenant le temps de bien mâcher, rappelons nous que la digestion démarre dans la bouche avec l’insalivation des aliments.

On évitera par ailleurs tout ce qui est sucres raffinés pour éviter la prise de poids, les conserves et plats de l’industrie agro-alimentaires riches en additifs, sel, sucres et acides gras saturés. Les excitants comme le café et l’alcool, souvent associés à la cigarette seront remplacés par des tisanes ou jus de fruits frais. La consommation de super aliments comme le pollen, la spiruline ou encore les graines germées pourront être une aide intéressante par leur richesse en nutriments. Bien sûr tous ces conseils seront à développer et adapter en fonction des goûts, des besoins et du tempérament du consultant.

Le drainage

Drainer l’organisme sera de même indispensable. Nos cinq émonctoires, organes chargés d’évacuer les déchets de notre organisme que sont le foie, les reins, les poumons, les intestins et la peau vont avoir besoin d’une sérieuse détoxination. Il faudra en premier lieu s’assurer avant de drainer que le consultant ait suffisamment de vitalité et évaluer l’importance de la toxémie. Le naturopathe à l’aide de l’anamnèse sera à même de les apprécier. Si le consultant est trop fatigué, il faudra d’abord envisager une cure de revitalisation. Pour drainer il existe des draineurs généraux comme le bouleau ou des synergies de plantes drainantes que le naturopathe pourra vous conseiller.

La gestion du stress

Il faudra en outre aider le consultant à gérer son stress et lui éviter cette sensation de manque qui met souvent en échec l’arrêt du tabac. De nombreuses plantes ou synergies ont des effets calmants comme l’association de millepertuis et de griffonia ou adaptogènes comme la rhodiole. Là aussi on s’adaptera à la personne. Un complément en magnésium pourra être intéressant car c’est un protecteur hépatique et c’est un bon soutien du système nerveux. Pour éviter les pulsions vers les aliments sucrés, le chrome sera intéressant, le kudzu pourra faciliter le sevrage. Enfin le lithium en oligo-éléments, associé à la valériane ou au autres plantes calmantes pourra apporter de l’apaisement et jouer sur l’agressivité.

L’exercice physique

L’exercice physique aura notamment toute sa place, il aidera au nettoyage des poumons en augmentant la consommation d’oxygène et en aidant à l’évacuation de l’oxyde ce carbone, évitera la prise de poids et permettra de mieux gérer l’équilibre nerveux et la récupération du sommeil.

Et autres techniques …

D’autres aides naturopathiques peuvent venir compléter ces protocoles, les fleurs de Bach, les huiles essentielles, le bol d’air Jacquier, la réflexologie plantaire, les massages ou toutes formes de relaxation, méditation, sophrologie, cohérence cardiaque, respiration, ballades dans la nature… L’idée sera essentiellement de détourner l’envie de fumer vers d’autres plaisirs et prendre soin de soi.

Fermer le menu