Un bébé au naturel

Un bébé au naturel

Maintenir un environnement naturel et une bonne hygiène de vie globale autour de bébé est essentiel pour maintenir et renforcer sa vitalité. Ainsi, il bénéficiera d’une santé optimale et son énergie vitale lui permettra d’éviter la maladie. Rappelons que notre organisme est magnifiquement bien fait et qu’il possède de ce fait un système d’auto-guérison très au point. Pour qu’il fonctionne au mieux il faut en prendre soin de la façon la plus naturelle possible et ce, dès le plus jeune âge.

L’alimentation

La nutrition de l’enfant dès l’utérus conditionne pour une grande partie sa future santé d’adulte. L’alimentation, comme vous le verrez ci-dessous est la base de sa bonne santé et constituera un rempart idéal pour lutter contre les infections.

L’allaitement maternel reste l’alimentation idéale pour le nourrisson. Ceci-dit la maman ne doit en aucun cas se forcer si elle n’en a pas envie. Un biberon donné avec amour et sérénité sera toujours préférable à un allaitement contraint dans un climat de stress. Jusqu’à 4 mois le système digestif de bébé ne peut accepter que du lait. Les intestins contiennent environ 70 % de nos cellules immunitaires. Il est ainsi essentiel de les protéger au maximum et donc de respecter les périodes d’allaitement pur et de diversification alimentaire. La flore intestinale se définie pendant les trois premières années de vie.

Pourquoi le lait maternel est-il l’idéal ?

Le lait maternel est parfaitement adapté aux fonctions digestives du nourrisson encore immatures et aux besoins liés à sa croissance. 

Que contient le lait maternel ?

De fait, il contient des protéines digestes, en quantité adaptée et de grande qualité biologique. Celles-ci ne contiennent pas de substances allergisantes. Elles participent aux défenses immunitaires et à l’équilibre du microbiote de bébé. 

Il couvre ses besoins en vitamines et minéraux et est riche en eau, ce qui est essentiel car l’eau représente 80 % de son organisme à la naissance.

Le lait maternel contient des acides gras bien assimilés. En fonction de l’alimentation de la maman, bébé y trouvera des oméga-3, indispensables au bon développement de son cerveau. En effet le lait maternel renferme du cholestérol essentiel à la structure de ses membranes et à la synthèse de nombreuses hormones. 

Le lait de la maman est un peu sucré. En revanche il s’agit de glucides bifidogènes, bénéfiques pour le microbiote de bébé et protecteurs des infections digestives. De plus, son lactose est bien toléré. 

Quels sont les avantages de l’allaitement au sein ?

Des avantages pour bébé

Outre les nombreuses propriétés bénéfiques vues ci-dessus, le lait de la maman change de goût en fonction de son alimentation. Il contribue ainsi à développer le goût futur de bébé.

Le lait maternel modifie sa composition également au cours d’une même tétée, ainsi il répond aux besoins de bébé, il est liquide et hydratant au début, puis il sera protéiné au milieu et gras sur la fin. 

Le bébé ne fait pas de réserves, par conséquent les prises alimentaires doivent être fréquentes. Aussi, l’allaitement au sein permet facilement la disponibilité. De surcroit le lait est toujours à bonne température.

Enfin le lait maternel renforce le lien maman bébé. En effet le contact peau à peau est sécurisant et structurant pour l’enfant. 

Des avantages pour maman

La maman y trouve aussi de nombreux avantages. Outre le fait qu’il soit totalement gratuit et à disposition, il lui permet de retrouver sa ligne plus rapidement et est une excellente prévention du cancer du sein. Sur le plan affectif, si l’allaitement est réussi, il contribue à éviter la sensation de vide que certaines femmes ressentent au niveau du ventre. Il peut ainsi empêcher ou diminuer la fameuse dépression « post partum ».

Si la maman ne peut ou ne veut pas allaiter

Elle peut alors s’orienter vers trois choix possibles, des laits infantiles réalisés avec des protéines de lait de vache, les autres laits animaux, brebis, chèvre, ânesse ou jument (le lait de jument étant le plus proche de par sa conception du lait humain) ou des préparations infantiles à base de laits végétaux. 

Combien de temps doit durer l’allaitement ?

L’OMS, organisation mondiale de la santé, préconise 6 mois d’allaitement exclusif, afin d’éviter allergies ou intolérances alimentaires. La muqueuse intestinale, le système immunitaire et les fonctions digestives du bébé étant encore immatures. Si maman et bébé souhaitent continuer l’allaitement, cela est tout à fait envisageable jusqu’à l’âge de 2 ans, mais en mettant en place parallèlement la diversification alimentaire, de façon à éviter les carences.

Les principes de base de la diversification alimentaire

Progressivement …

Elle est progressive jusqu’à l’âge d’1 an, et va être de plus en plus solide avec l’apparition des dents. Cette période est cruciale. En effet la flore du bébé va se diversifier pendant cette période, pour se stabiliser petit à petit vers l’âge de 2 ans. Elle aura une influence énorme sur le système immunitaire.

Commencez par introduire des saveurs douces pour ne pas brusquer bébé qui a l’habitude du lait maternel sucré. Proposez une saveur à la fois pour éduquer le goût et repérer d’éventuelles allergies. Variez les textures. Lui faire goûter des aliments de saison et da qualité biologique. Si bébé est réticent à un aliment, il convient de ne pas le forcer et de lui représenter plus tard, son goût aura peut-être évolué.

Utilisez la vapeur douce comme mode de cuisson, afin de conserver au maximum les bons nutriments. Évitez le micro-ondes qui modifie l’organisation spatiale des molécules. N’ajoutez ni sucre, ni sel aux aliments et utilisez une eau adaptée aux nourrissons.

Ne jamais donner de miel au bébé avant l’âge de 1 an, recommandation de l’AFSSA. D’une part parce que le miel est cariogène, d’autre part pour éviter le botulisme infantile qui affecte le système nerveux.

En douceur …

A partir de 6 mois, vous pouvez introduire légumes et fruits cuits. Ajoutez de bonnes huiles oméga 3 et 6 dans les purées. N’ajoutez les céréales qu’à partir du sixième mois, jamais avant et dans un premier temps sans gluten. A partir du huitième mois vous pouvez instaurer les fruits crus et le jaune d’œuf. Pas de blanc d’œuf avant l’âge de 1 an car il peut être possiblement allergisant. Pas non plus de légumes crus, ni de légumineuses, ni encore de pomme de terre avant un an, pour les mêmes raisons. Ajoutez du poisson blanc et de la volaille dès 9 mois. Quand bébé atteint l’âge de 1 an, vous pouvez rajouter à son alimentation un peu de fromage sec, des pommes de terre, un œuf coque, des légumes crus, des légumineuses, des fruits crus. Le naturopathe vous guidera tout au long de la diversification alimentaire. Il vous indiquera les quantités et conseillera si besoin une supplémentation en cas de carences.

Les soucis les plus fréquents

Les allergies alimentaires

Il peut s’agir d’allergies dues à l’alimentation de la maman, à un passage trop brusque à un lait de substitution ou à une diversification alimentaire trop précoce. Il faudra dans ce cas trouver le « coupable » et entreprendre les modifications nécessaires. L’éviction totale dans un premier temps, de l’allergène apporte un soulagement immédiat. Chez les enfants les allergènes les plus fréquent sont le lait de vache, les œufs, les arachides, le kiwi, les fruits à coque et le gluten. Regardez aussi du côté de la muqueuse intestinale, il peut être nécessaire de restaurer la flore et de complémenter en oméga-3.

Les allergies alimentaires chez le bébé peuvent se manifester par différents symptômes, diarrhées, vomissements, réactions cutanées ou respiratoires.

Les infections hivernales

La meilleure façon d’éviter les infections type rhino-pharyngite, est de soigner l’alimentation. Celle-ci a bien sûr une place prépondérante, et l’éviction du lait de vache souvent indispensable. En cas de rhume, vous pouvez faire boire une infusion de thym non sucrée à bébé, il possède des vertus antiseptiques. Des cures préventives de probiotiques si bébé n’a pas été allaité ou est né par césarienne peuvent être efficaces.

L’érythème fessier

Évitez si possible les couches classiques remplies de produits toxiques, allergisants et perturbateurs endocriniens et préférez les couches écologiques ou en coton lavable. Pour le change choisissez du liniment composé d’eau de chaux et d’huile d’olive. Vous pouvez le fabriquer vous-même ou l’acheter en magasin bio.

Les coliques de bébé

Elles sont souvent en lien avec … l’alimentation (lait maternisé ou alimentation de la maman, produits laitiers, aliments contenants de la caséine, œufs, arachides, légumineuses, gluten, choux, chocolat, suppléments en fer de synthèse). Vous pouvez tenir un cahier, afin d’identifier puis éliminer les aliments douteux et les réintroduire un à un par la suite. Les coliques sont dues à une accumulation de gaz. Lorsqu’elles ont lieu la nuit, elles peuvent être dues à des tensions. Porter bébé dans une écharpe ou un porte bébé et faire du peau à peau se révèle souvent efficace. En effet la chaleur fait du bien à son petit bedon et le rassure. La position verticale favorise également la diminution des coliques. Vous pouvez poser une petite bouillotte spécial bébé que vous trouverez en pharmacie et lui appliquer enroulée dans une serviette pour ne pas le brûler, sur son petit ventre pendant une dizaine de minutes. Vous pouvez aussi lui masser le ventre dans le sens aiguilles d’une montre avec une huile spécial bébé au calendula par exemple. Une légère infusion de fenouil ou de mélisse, (5 ml de tisane dans le biberon ou 3 tasses par jour pour la maman si allaitement) aidera à diminuer les spasmes et aura une action apaisante. Ou un mélange 30 gr fenouil, 30 gr carvi, 30 gr anis vert. Enfin, des séances d’ostéopathie, sont souvent efficaces.

Les poussées dentaires

Massez les gencives endolories avec de l’hydrolat de camomille ou un gel naturel que vous trouverez en pharmacie ou en magasin bio. Il existe également des suppositoires à base de plantes. Un massage sur le ventre avec 1 goutte d’huile essentielle de camomille romaine diluée dans un peu d’huile végétale apportera apaisement et diminution des douleurs.

Le reflux

Il concerne 80 % des bébés non allaités et il est souvent dû à alimentation non adaptée. Le reflux peut être lié à un problème de cardia. Le plus souvent il s’agit d’intolérances au lactose, aux protéines du lait ou/et au gluten.

Dans le cas d’un bébé allaité, il faudra regarder de près l’alimentation de la maman et veiller entre autres à des aliments non acides et non irritants pour la muqueuse intestinale.

L’eczéma

Les causes

On l’appelle aussi dermatite atopique. Il se cache parfois derrière un eczéma une cause émotionnelle (un conflit de séparation par exemple, un sevrage) et/ou toxique. Lorsque la cause émotionnelle est identifiée, parlez au bébé et rassurez-le. Trouvez éventuellement la fleur de Bach qui répondra à ses émotions, le naturopathe pourra vous y aider. Dans le cas d’une cause toxique, il est intéressant de se pencher soit sur l’alimentation de la maman si elle allaite, soit sur les aliments que bébé a ingérés. Il est utile là aussi de tenir un cahier afin de mieux identifier les allergènes en cause. Privilégier une alimentation alcalinisante peut contribuer à diminuer les symptômes. Il s’agit aussi fréquemment d’un héritage familial. 

Dans le cas de l’eczéma, les toxines sortent par la peau au lieu d’être évacuées par d’autres organes. Comprendre pourquoi est une priorité. Il faudra chercher du côté du couple foi/intestin et éventuellement rééquilibrer son microbiote ou encore du côté des reins dont la fonction rénale atteint sa maturité seulement vers l’âge de 2 ans. 

Les solutions

Pour soulager les symptômes, utilisez pour la toilette un savon surgras au lait d’ânesse et du liniment pour le change. Évitez les bains trop longs qui dessèchent la peau. Appliquez sur les zones irritées des compresses d’hydrolats de camomille allemande. Habillez le bébé avec des vêtements amples et en coton. Massez doucement les zones lésées avec de l’huile de nigelle pour ses vertus calmantes, régénérantes et anti-inflammatoires ou un gel de silicium organique qui aidera à la cicatrisation et soulagera une peau à vif. La maman allaitante pourra prendre de l’huile de périlla, riche en oméga-3, anti-inflammatoire. Si bébé est nourri au biberon elle pourra y ajouter quelques goûtes d’huile de germe de blé, riche en oméga-3 et 6 et antioxydante. Éviter bien sûr les produits ménagers toxiques qui pourraient être en contact avec la peau de bébé et choisissez une lessive naturelle. 

Le sommeil

Pour que bébé profite au mieux d’un sommeil réparateur, il est essentiel de respecter ses rythmes biologiques. Ainsi il doit profiter de la lumière du jour et du plein air. Pour les plus grands, l’exercice physique est indispensable. Évitez toutes sources de stress que ce soit familial ou lié à un mode de garde. Communiquez avec votre bébé et expliquez-lui ce qui se passe. Si l’ambiance est électrique, signifiez-lui qu’il n’est pas en cause. De même, instaurez une routine avant le coucher, de façon à l’amener progressivement au calme (bain, diner éloigné du coucher, lecture d’une histoire). Créez une ambiance sécurisée pour l’enfant, doudous, veilleuses… Aérez la chambre avant le coucher. Au-delà de 2 ans, vous pouvez diffuser une huile essentielle calmante dans sa chambre avant le coucher et en dehors de sa présence. Évitez les écrans le soir, (ordinateurs, TV, portables). Supprimez le radio réveil dans la chambre et privilégiez une ambiance paisible et sereine. Les problèmes digestifs, l’asthme, les allergies peuvent aussi être la cause d’une difficulté d’endormissement. Préférez donner le repas loin du coucher afin que la digestion n’entrave pas la bonne marche du sommeil.

Un massage avec une huile essentielle de camomille, de ravintsara ou de lavande mélangée à une huile végétale d’amande douce, pour les enfants au-delà de 2 ans peut être bénéfique. Pour les plus petits une infusion concentrée de camomille ou de mélisse dans l’eau du bain peut apaiser bébé.

Veiller à sa croissance

Donnez de la vitamine D à bébé et ce dès la naissance, pour renforcer son système immunitaire et veiller à la bonne santé de ses os et de ses dents. Faire également attention à l’exposer à la lumière, il est important que bébé prenne l’air tous les jours. Ainsi son sommeil sera meilleur la nuit.

L’avant et l’après vaccins

Les vaccins diminuent l’énergie vitale du bébé. Les effets secondaires ne sont pas anodins, notamment à cause des adjuvants toxiques comme les sels d’aluminium. Il est recommandé de consulter un homéopathe uniciste, qui pratique l’isothérapie, ce qui permettra d’éliminer l’aluminium et les autres adjuvants.

Fermer le menu