Sortir d’un covid long – une vraie galère pour certains

Qu’appelle-t-on covid long ou syndrome post-covid

La haute autorité de santé (HAS) utilise le terme de « symptômes prolongés suite au Covid-19 » : il s’agit de symptômes qui se manifestent au-delà de 4 semaines après la date présumée de contamination et qui ne peuvent pas être expliqués par une autre maladie. Le plus souvent, le patient souffre de plusieurs symptômes associés, ils peuvent être différents d’un patient à l’autre et d’intensité inégale. Définition du Covid-long par la HAS.

Quels sont les critères permettant de décrire le symptôme

Trois critères s’avèrent nécessaires 

    • Un premier épisode du Covid confirmé par un test ou supposé par l’association d’au moins trois symptômes.

    • La présence d’au moins un des symptômes persistant après quatre semaines.

    • Des symptômes qui se prolongent et qui ne s’expliquent pas par une autre pathologie sans lien avec le covid.

Des formes très différentes d’une personne à l’autre

La durée des symptômes est très variable, pouvant aller de quelques semaines à plusieurs mois. Le covid long peut toucher des personnes ayant fait des formes graves comme des formes légères. 

Qu’en est-il de la récupération

Elle est souvent assez lente, avec des hauts et des bas et dans certains cas hélas pas totale.

Quels sont les symptômes

Ils sont très nombreux et très différents d’une personne à une autre. Certains cumulent de nombreux symptômes et sont parfois handicapés dans leur vie quotidienne. La fatigue chronique reste le phénomène le plus fréquent et a souvent des conséquences sur la vie personnelle et professionnelle. Les symptômes respiratoires typiques de cette maladie sont également communs. La douleur est souvent au rendez-vous pouvant aller des douleurs thoraciques, aux migraines, aux douleurs d’origine digestives, articulaires, musculaires … à des gênes type acouphènes, vertiges, palpitations … On remarque également des problèmes de peau, de type oculaire, des difficultés de mémoire ou de concentration, des dérèglements hormonaux, des problèmes de sommeil, des pertes d’odorat …  Liste des symptômes.

Quelles peuvent en être les causes ?

En naturopathie la recherche de la ou des causes est une de nos principales démarches. Nous allons donc mener avec notre consultant une anamnèse. C’est-à-dire une série de questions visant à comprendre et connaitre son fonctionnement général. Ces questions seront très globales et concerneront à la fois la sphère physiologique, psychique ou encore émotionnelle. Nous observerons la qualité de l’hygiène de vie de la personne au travers de son alimentation, de son niveau de pratique d’exercices physiques et de sa capacité à gérer son stress et ses émotions. On évaluera sa vitalité, la qualité de son terrain. On déterminera si le système immunitaire est suffisamment costaud pour faire face aux intrus et si l’organisme montre des signes d‘inflammation. Et ce sont souvent ces deux derniers critères qui posent problème chez les personnes atteintes d’un covid-long, un système immunitaire au plus bas et un organisme qui montre des signes d’inflammation. 

Que peut proposer la naturopathie

Tout l’art du naturopathe muni de ces renseignements va donc être de chercher ce qui est à l’origine du problème. Il va tout d’abord redonner de la vitalité au consultant. En effet sans vitalité il semble difficile pour le corps de trouver la force nécessaire pour gagner la bataille.

 Il va observer le terrain de la personne. Y-a-t-il des carences ou des surcharges ? Imaginez une terre surchargée en pesticides ou carencée en bons nutriments, comment voulez-vous que de bons légumes y poussent ? Notre corps fonctionne exactement de la même façon. Le naturopathe selon les cas proposera alors de débarrasser l’organisme de ses toxines ou de lui apporter les vitamines, minéraux, oligo-éléments … manquants. Ceci au travers de l’alimentation et si besoin de compléments alimentaires naturels. 

Son rôle sera avant tout pédagogique, il donnera les clés à son consultant pour qu’il devienne à son tour acteur de sa santé. C’est un vrai partenariat et l’engagement de la personne est nécessaire. Ses conseils comme je l’ai évoqué ci-dessus concerneront l’alimentation qui devra être la plus saine et vivante possible, la pratique d’un exercice physique régulier et adapté et la gestion du stress et des émotions.

Retrouver de la vitalité

Comme évoqué ci-dessus l’énergie vitale est le nerf de la guerre. Le naturopathe proposera donc à son consultant une alimentation riche en bons nutriments. Ainsi l’organisme pourra y puiser les matériaux de base indispensables pour fabriquer de l’énergie. Imaginez une voiture dans laquelle on introduit une essence non adaptée, elle marchera beaucoup moins bien et sa durée de vie sera plus courte qu’un véhicule bien entretenu. Il en va de même avec notre corps. Associer un exercice physique modéré et adapté renforcera la vitalité. Si besoin des compléments alimentaires ou des plantes comme le cassis seront proposés le temps que l’hygiène de vie soit en place et produise ses effets. Il sera notamment intéressant de relancer les mitochondries, véritables centrales énergétiques de nos cellules en leur apportant les cofacteurs nécessaires à son bon fonctionnement comme les vitamines du groupe B, des antioxydants ou encore du coenzyme Q 10 …

Diminuer l’inflammation

En cas d’inflammation de l’organisme observé par le praticien de santé, il sera nécessaire de tout mettre en œuvre pour revenir à une situation d’équilibre. L’inflammation prend souvent racine au niveau de l’intestin. Une muqueuse intestinale poreuse entraine en effet le passage dans l’organisme de résidus alimentaires ou d’endotoxines. Ce qui à terme conduit à de l’inflammation et en cas de persistance à des maladies auto-immunes. Il conviendra donc de rétablir l’intégrité de la muqueuse intestinale et de lui rendre ainsi ses fonctions de remparts protecteurs. Plusieurs facteurs rentreront en jeu dans le processus réparatoire. Une alimentation de type anti-inflammatoire, une bonne gestion du stress et des compléments alimentaires type glutamine, réglisse, curcuma …

Pour diminuer l’inflammation les oméga-3 aux vertus anti-inflammatoires bien connues auront toute leur place. Ils contribuent en effet à moduler la réponse inflammatoire excessive de l’organisme dans le covid long. Par ailleurs ils réduisent les risques d’accident vasculaire cérébral et régulent le système nerveux permettant un meilleur fonctionnement cognitif.

Relancer l’immunité

Comme vous le savez sans doute si vous lisez mes articles régulièrement, une grande partie de notre système immunitaire se situe dans nos intestins. Nous sommes un peu comme une maison d’hôtes. Nous hébergeons environ 2 kg de micro-organismes (ou microbiote) dont une majorité de bactéries dans nos intestins. En échange du gite et du couvert ces bactéries travaillent à notre immunité et nous protègent des intrus type virus, champignons … Or il est essentiel pour cela que nous leur apportions une nourriture adaptée. En l’occurrence des fibres, leur substance préférée dont elles se délectent. Consommer des fibres sous forme de légumes, de fruits et de céréales complètes feront donc partie des conseils prodigués par l’éducateur de santé. 

Si besoin il proposera également des probiotiques et des prébiotiques pour aider à rétablir une flore intestinale équilibrée. Il existe également tout un arsenal de plantes immunomodulantes qui montrent une belle efficacité. La mycothérapie est très intéressante également pour relancer ou moduler l’immunité. Et la sacro-sainte vitamine D indispensable à un bon système immunitaire malheureusement souvent déficitaire ou mal utilisée chez nombre d’entre nous.

Je vous renvoie pour les conseils de type immunité à mon livre « Prenez soin de vous – La naturopathie au service de votre immunité»  .

Réguler le stress

Être malade et en souffrance, quelle soit physiologique ou psychique génère du stress au corps. D’autant plus que ce type de syndrome entraine chez le malade de l’inquiétude car phénomène encore mal compris et très récent. Prendre en compte ce stress est essentiel pour le mieux-être de la personne. L’écoute tout d’abord et ce sera une des priorités du naturopathe. Prendre le temps de comprendre la souffrance et la demande de la personne qui vient demander de l’aide. Un individu qui se sent compris et accompagné aura plus de chance d’aller mieux. 

Le stress est par ailleurs un phénomène inflammatoire bien connu. En effet nos surrénales en cas de stress chronique vont synthétiser du cortisol en continu, ce qui va entrainer des phénomènes inflammatoires au sein de l’organisme. Il sera ainsi pertinent de prodiguer des conseils de gestion du stress et des émotions. Les techniques ne manquent pas. Cohérence cardiaque https://laurenceguillon-naturo.com/la-coherence-cardiaque/, Qi Gong, Tai Chi, Yoga, méditation … L’EFT ou l’EMDR pour les personnes ayant subies des traumatismes. Et puis l’art de prendre du temps pour soi et de ne rien faire… Côté compléments alimentaires ou plantes, le magnésium, les plantes adaptogènes ou encore le CBD ont fait leurs preuves.

Conclusion

Le syndrome du covid long n’est pas à prendre à la légère et il est important si l’on veut se diriger vers un mieux-être de « travailler » de façon holistique. C’est-à-dire concevoir la personne dans toute sa globalité, lui offrir une vraie écoute, travailler sur son terrain et déterminer ce qui est bon pour lui. En plus du travail de terrain, il peut aussi apporter du réconfort en diminuant certains symptômes avec des moyens naturels. Le naturopathe va prendre le temps nécessaire pour apprécier et comprendre la situation. Il sera ainsi à même d’accompagner son consultant et de l’encourager si nécessaire à aller voir un médecin.

En aucun cas les informations et les conseils proposés ici ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé