L’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie correspond à une production d’hormones thyroïdiennes trop élevées. La thyroïde est alors en surrégime, entrainant l’accélération de l’ensemble des métabolismes de l’organisme. L’hyperthyroïdie concerne davantage les femmes entre 30 et 50 ans. Néanmoins, elle est moins fréquente que l’hypothyroïdie. Les problèmes thyroïdiens faisant souvent suite aux bouleversements hormonaux apparaissent souvent suite à une grossesse, un accouchement ou une ménopause.

La compréhension et le fonctionnement de la glande tyroïde ont été traités au début de l’article sur l’hypothyroïdie. Je vous invite à le consulter pour mieux comprendre ce qui va suivre. https://laurenceguillon-naturo.com/lhypothyroidie-cest-quoi/

Les trois causes les plus courantes de l’hyperthyroïdie

La maladie de basedow ou de Graves

Elle concerne 60 % des hyperthyroïdies et concerne principalement les femmes. La maladie de Basedow est une maladie auto-immune qui synthétise des anticorps agissant contre la glande thyroïde. Ces anticorps stimulent en continue la thyroïde. Ce qui va ainsi produire les hormones thyroïdiennes en quantités beaucoup trop importantes, et ce de façon irrégulière. Cette production s’effectue en alternant des périodes de poussées et de rémissions. La maladie de Basedow peut entraîner la présence d’un goitre au niveau de la thyroïde, et une exophtalmie, saillie des yeux hors des orbites, ou encore des œdèmes au niveau des jambes. Cette hyperthyroïdie est souvent consécutive à un traumatisme psychologique non résolu.

Le goitre toxique multi-nodulaire

Il s’agit d’un goitre qui comporte plusieurs nodules. Ceux-ci sécrètent des hormones thyroïdiennes, qui ne relèvent pas de la TSH. Il s’agit aussi d’une forme d’hyperthyroïdie fréquente.

L’adénome toxique

Dans ce cas de figure, un seul nodule est présent et fabrique des hormones thyroïdiennes en continu et en quantité largement supérieure à celle de la thyroïde. Il s’agit souvent de nodules chauds et bénins. Cette affection touche en générale les personnes de plus de 60 ans et peut avoir des interactions sur le cœur.

Il existe aussi des hyperthyroïdies iatrogènes. C’est-à-dire qu’elles sont liées à un traitement médicamenteux. Ces hyperthyroïdies disparaissent à l’arrêt des traitements. L’hyperthyroïdie peut être liée à la grossesse, soit pendant la période de gestation, soit suite à l’accouchement. Elle peut aussi faire suite à des traitements à l’iode, trop dosés.  Ces hyperthyroïdies sont en général transitoires. Enfin la thyroïdite de Quervain est une inflammation. Elle fait suite à une infection virale et se traite en général en quelques semaines.

Que se passe-t-il au niveau hormonal ?

Dans le cas d’une hyperthyroïdie, la TSH (ou thréostimuline) est trop basse, inférieure à 0,1 mU/L dans le sang.

Lorsque la TSH est faible et que les hormones T3 et T4 sont à des taux normaux, on dit qu’elle est infraclinique, ou subclinique ou encore frustre. Si la TSH est basse et qu’en contrepartie les taux de T3 et T4 sont trop élevés, on dit alors qu’elle est franche.

Les symptômes de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie peut être asymptomatique lorsqu’elle est frustre.

Dans les autres cas, les symptômes correspondent à une augmentation des métabolismes de l’organisme. Soit, une augmentation du volume de la thyroïde avec présence de goitre. Une accélération du rythme cardiaque avec palpitations et tachycardie. Une augmentation de la transpiration. Une activation du système digestif avec des selles fréquentes et parfois des diarrhées. Une élévation de la pression artérielle… Le système nerveux est également touché avec l’expression de différents troubles, comme l’anxiété, la dépression, l’irritabilité, les sautes d’humeur ou encore des problèmes de sommeil. Le sujet est souvent soumis à une perte de poids importante malgré un appétit qui est augmenté. La fatigue est récurrente, les cheveux cassants, la libido est en panne …

Hyperthyroïdie et décodage biologique

La glande thyroïde est située au niveau du larynx. Elle est reliée au chakra de la gorge et évoque ainsi une relation avec la communication verbale et la créativité. En énergétique ayurvédique, le chakra de la gorge est celui de l’expression de soi, de notre positionnement par rapport au monde extérieur et de notre créativité. En médecine chinoise la thyroïde est gouvernée par le rein qui est l’organe de la peur et de l’angoisse. Cette glande permet d’exprimer ses émotions, ses sentiments ou ses angoisses … De prendre sa place et d’être soi-même. Si tel n’est pas le cas, la communication sera compliquée et il n’y aura pas d’expression de soi. Il sera alors intéressant de se demander « qu’est-ce que je n’arrive pas à avaler » ou « qu’est-ce que j’ai en travers de la gorge » ? En cas d’hyperthyroïdie cela s’exprimera surtout par de la rancune, de la revanche ou de la frustration.

Dans les pathologies thyroïdiennes, il y a souvent conflit avec le temps, en effet, ce sont les hormones thyroïdiennes qui sont chargées de régler la vitesse du fonctionnement de l’organisme. Dans le cas d’une hyperthyroïdie, l’organisme se met en sur-stress, il est débordé et cela engendre une peur de ne pas pouvoir faire tout ce qui est prévu, de l’impatience ou une envie d’arriver avant les autres… L’organisme va avoir chaud, transpirer et l’ensemble du métabolisme va augmenter comme nous l’avons décrit plus haut, à cause de la surproduction hormonale.

Les traitements classiques de l’hyperthyroïdie

Ils varieront en fonction du type d’hyperthyroïdie et de la cause de la maladie.

Les antithyroïdiens de synthèse

Ce sont des molécules qui vont réduire la synthèse des hormones thyroïdiennes en quelques semaines. Ces traitements peuvent engendrer des effets secondaires comme des troubles hépatiques, des douleurs articulaires, des allergies cutanées ou encore une diminution des globules blancs. Ils sont en général associés à des bêtabloquants et ne peuvent être prescrits à vie. Ils sont contre-indiqués en cas de grossesse. Lorsque les antithyroïdiens de synthèse ne sont pas efficaces, on a alors recours à l’iode radioactif ou à la chirurgie.

L’iode radioactif

Il permet de détruire une partie de la thyroïde, afin que la glande produise moins d’hormones. Le risque est de détruire une trop grande partie de la thyroïde et de provoquer ainsi une hypothyroïdie.

Les traitements chirurgicaux

La thyroïde peut être retirée partiellement ou totalement et dans ce cas induit un traitement à vie à base d’hormones thyroïdiennes

Les anti-inflammatoires

Ils sont utilisés dans le cas de la thyroïdite de Quervain.

Quel accompagnement avec la naturopathie ?

L’alimentation

La suractivité de la thyroïde conduit à une surconsommation en nutriments. Il faut par conséquent veiller à ce que l’organisme ne soit pas carencé en vitamines, minéraux, oligo-éléments …. Par contre il ne faudra bien évidemment pas sur rajouter de l’iode et éviter le sel iodé et les algues. Ceci dit, consommer du poisson ou des fruits de mer en quantité normale soit 2 à 3 fois par semaine est nécessaire. Certains aliments contribuent au ralentissement de la thyroïde, parce qu’ils diminuent l’absorption de l’iode. Ils sont donc à privilégier en cas d’hyperthyroïdie. Il s’agit de la famille des crucifères, brocolis, choux romanesco, choux de Bruxelles, choux fleur … Mais aussi radis, navets, raifort, moutarde, millet, patates douces, arachides, manioc … A consommer cru, car les substances goitrogènes, responsables du ralentissement de la thyroïde, sont détruits à la cuisson.

Le système nerveux étant déjà bien agité, il conviendra d’éviter l’ajout d’excitants comme le café, thé, ou toute boisson énergisante.

Veiller à avoir une alimentation hypotoxique et la plus vivante possible, contenant une large part de fruits et légumes antioxydants, des protéines de bonne qualité et des céréales complètes. Limiter les produits laitiers animaux pro-inflammatoires ainsi que les produits industriels, raffinés, contenants gras saturés, sucres, additifs, conservateurs, perturbateurs endocriniens …

Dans le cas de Basedow

Dans le cas de la maladie de Basedow, auto-immune, il est fortement conseillé d’arrêter le gluten et les produits laitiers afin de limiter l’inflammation de la muqueuse intestinale. En effet, la gliadine, protéine du gluten, possède une structure moléculaire apparentée aux tissus de la glande thyroïde. En cas de muqueuse intestinale poreuse, la gliadine va passer dans la circulation sanguine. Le système immunitaire va alors chercher à détruire cette molécule indésirable. Il risque par la même occasion de s’en prendre à la thyroïde, étant donné la similitude de sa structure avec la gliadine.

Penser à privilégier les oméga-3, anti-inflammatoires, protecteurs cardio-vasculaires et recommandés pour le système nerveux.

L’exercice physique

Il est préférable de ne pas pratiquer un exercice physique trop violent ou trop intense. L’organisme étant déjà bien fatigué, éviter le cardio, le vélo intensif ou la course à pied. Préférer la marche ou la natation de façon régulière.

La gestion du stress

Lorsque le système nerveux est touché, le système hormonal prend le relais. C’est pourquoi en cas d’hyperthyroïdie, la thyroïde se met à produire des hormones de façon excessive pour palier à un système nerveux épuisé. Ceci peut conduire au final à un épuisement de la glande thyroïde. Le plus important sera donc de tout mettre en place pour permettre au système nerveux de se reposer.https://laurenceguillon-naturo.com/le-stress-et-ses-repercussions-sur-lorganisme/

Privilégier toute activité qui apportera du calme à l’organisme, que ce soit de la méditation, du yoga, de la sophrologie, de la cohérence cardiaquehttps://laurenceguillon-naturo.com/la-coherence-cardiaque/, de l’hypnose ou encore une aide psychologique. Certaines méthodes comme l’ancrage ou l’EFT peuvent également être très utiles. Un sommeil récupérateur est essentiel. Le contact avec la nature également.

La phytothérapie

La lycope

Elle permet de réduire le rythme cardiaque, la pression artérielle et diminuer l’ensemble des activités de la glande.

L’agripaume

Cette plante est utilisée en général pour limiter les arythmies cardiaques.

La passiflore

Elle calme l’anxiété, l’irritabilité et contribue à un sommeil apaisé.

La mélisse

Elle apporte de la détente sur les plans nerveux et digestifs.

L’aubépine

Elle diminue les palpitations en cas de tachycardie.

Le houblon

Il contribue à diminuer les bouffées de chaleur.

Les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles comme la lavande, la mandarine, le ravintsara, le petit grain bigaradier … peuvent apporter du calme et de l’apaisement. En massage dilué avec une huile végétale au niveau du plexus ou des poignets, ou en diffusion.

La gemmothérapie

La viorne, le tilleul, l’aubépine, l’églantier ou le cornouiller sanguin ont des vertus calmantes, relaxantes, et apaisent le système cardiaque.

Les compléments alimentaires

Il est souvent utile d’apporter à l’organisme les cofacteurs indispensables au bon fonctionnement de la thyroïde, zinc, sélénium, tyrosine, vitamines C, E, D … et du calcium, car l’hypothyroïdie pille le calcium osseux

Le CoQ10

L’hyperthyroïdie génère de l’oxydation. Une supplémentation en coenzyme Q10 peut donc s’avérer intéressante pour diminuer le stress oxydatif.

La vitamine D

En cas de pathologies auto-immunes, il y a souvent des carences accrues en vitamines D.

En conclusion

Comme dans toute pathologie, il est capital d’agir en même temps sur l’ensemble des sphères physiologiques et psychiques afin de se donner un maximum de chances de diminuer les symptômes.Le naturopathe saura vous conseiller en fonction du bilan qu’il aura réaliser, il adaptera le traitement en fonction de votre terrain et de votre tempérament. Ne jamais se supplémenter sans les conseils d’un professionnel, les compléments alimentaires même naturels peuvent être dangereux ou incompatibles avec d’autres traitements.

Fermer le menu